S:Triman 2019 | Club de Triathlon de Sherbrooke | striman.sherbrooke@gmail.com

© 2017 par Club de Triathlon de Sherbrooke. Proudly created with Wix.com

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon
  • White YouTube Icon
  • White Twitter Icon
  • Estelle

Placer ma transition

Organiser sa transition pour qu'elle soit fonctionnelle et ne prenne pas trop de place peut représenter un petit défi! Alors prenons les choses une par une... ce que je vous livre ici est simplement le reflet de mon expérience et de triathlète amateure et d'officielle à vélo pour Triathlon Québec. Il existe sans doute d'autres façons de s'y prendre, je vous encourage à poster en commentaires ce que vous faites de différent, ça donnera d'autres points de vue!


1- Comprendre la transition

D'abord, sachez que l'un des requis des organisateurs de course est de créer une transition équitable pour tout le monde. Il n'y a donc pas de meilleure ou de moins bonne place (en tout cas à l'intérieur d'une section). Si vous êtes plus proche de la sortie de l'eau, vous serez plus loin de la sortie sur le parcours vélo et vice-versa. La circulation dans la transition vous paraitra sans doute un peu tarabiscotée, c'est simplement pour éviter les croisements, la circulation à contre-sens tout en respectant la règle d'équité.


2- Choisir sa place

Selon ce que je viens de dire au point 1, à quoi bon choisir sa place si aucune n'est meilleure que l'autre? Si la distance parcourue en transition est globalement la même pour tout le monde, certains ont leur préférence quant à l'étape à laquelle ils parcourent le plus de chemin. Et puis il vous faudra bien poser votre sac, alors autant y penser un peu! D'abord, une partie de la réponse n'est pas un choix. La plupart des courses ont des sections bien identifiées pour séparer la transition des différentes épreuves (sprint, olympique...), des différentes séries (par exemple les séries Élites et Grand Prix ont des transitions très différentes avec supports individuels identifiés); sur les gros triathlons, les transitions peuvent également être divisées par catégorie (section divisée par groupe d'âge). Voyez la petite capsule produite par Triathlon Québec à ce sujet:


Une fois dans la section correspondant à votre catégorie, choisissez une place. Certains préfèrent les bouts de section, d'autres choisissent le milieu. De mon côté je n'aime pas les bouts car j'ai un peu tendance à m'étaler et si on dépasse dans les allées on se fait pénaliser (ou piétiner ses affaires, ce qui n'est pas mieux). Si possible, j'aime bien avoir un "spot" avec une patte d'un côté de mon vélo, comme je ne suis généralement pas la première partie avec mon vélo, ça réduit les risques que mon voisin accroche mon vélo en partant (au moins du côté de la patte!). Si vous vous placez plus proche de la sortie de nage, vous aurez moins long à courir mouillé(e), avec votre combinaison. Si c'est votre partie difficile, vous serez heureux d'avoir choisi une place proche pour rapidement boire un peu, vous essuyer histoire de reprendre vos esprits. Cela implique que vous aurez plus long à courir avec votre vélo à la main. Allez-y selon vos préférences et vos habiletés!


3-Préparez votre vélo

Gonflez les pneus en premier (si jamais ça fuit, vous vous en apercevrez le temps de faire tout le reste et vous pourrez corriger le tir). Placez-vous sur le petit plateau et faites quelques tours de pédale (roue dans les airs). Si vous prévoyez embarquer pieds nus en sautant dans vos souliers, fixez vos souliers sur les pédales. Ouvrez bien les souliers. Un must: attachez les souliers avec un petit élastique au cadre ou à la fourche, de manière à ce que le soulier soit parallèle au sol et bien à l'horizontal. Ça facilitera l'insertion des pieds, et les élastiques brisent au premier tour de pédale (attention là... n'y allez pas avec un élastique à brocoli!)


4-Installer le vélo

Commencez par placer votre vélo. Les règles de Triathlon Québec imposent qu'on accroche le vélo par la selle (on place la barre sous le devant de la selle). Certaines selles sont très courtes et ne tiennent pas bien, on peut alors installer la barre de transition sous l'arrière de la selle, les selles courtes ayant généralement un dispositif à l'arrière pour permettre au vélo de bien tenir en place. Il n'est pas autorisé d'accrocher le vélo par le guidon (ni par les freins!) mais on pourra le raccrocher par le guidon en T2 (transition vélo-course). Vérifiez que vous n'avez pas de difficulté à décrocher et raccrocher le vélo en répétant le geste plusieurs fois et en vous écartant de ce qui pourrait nuire à la manoeuvre (dans la mesure du possible, certains triathlons ont des transitions très serrées...)


5-Installer casque et lunettes

Votre casque de vélo doit obligatoirement être détaché quand il n'est pas sur votre tête, mais il doit être porté et attaché dès que vous touchez votre vélo.

Habituellement je le place sur mon guidon, ouverture vers le ciel, front en avant et les sangles détachées bien placées à l'extérieur du casque. Je mets également mes lunettes ouvertes, branches vers l'arrière, dans le casque. De cette manière, en arrivant de la nage il suffit de mettre ses lunettes puis de prendre le casque à 2 mains et le retourner sur la tête, ça prend une demi-seconde (du temps plus facile à gagner qu'en natation!!). Si votre casque ne tient pas en équilibre sur votre guidon, vous pouvez simplement le mettre à côté de votre vélo.


6-Faire sa place

On ne devrait pas occuper plus de 50cm, d'un côté du vélo. Aucun gros item n'est permis (chaise par exemple). On ne devrait pouvoir laisser que ce qui est absolument nécessaire aux 3 disciplines. Ceci dit un bac en plastique est pratique surtout en cas de pluie! Une serviette de taille moyenne ou un tapis de transition placé à côté du vélo délimite bien la place. Installez les choses dans l'ordre des disciplines, de l'avant vers l'arrière. Donc en avant ce qui est nécessaire au vélo (casque, lunettes, souliers) si ce n'est pas déjà sur le vélo (voir points 4 et 5). En arrière, vos souliers de course (si différents du vélo), vos chaussettes si vous en mettez, votre porte-dossard, votre casquette, vos lunettes au besoin. Sur le côté, une gourde d'eau ou de boisson aux électrolytes, une collation (barre tendre, gel, jujubes...). Vous serez bien content de pouvoir vous restaurer et boire pendant la transition, sans décrocher la gourde de votre vélo.


7-Pratiquez quelques fois

Parcourez au moins une fois le trajet des deux transitions (nage-vélo et vélo-course). Faites la séquence des gestes - mettre les lunettes, mettre le casque, attacher le casque - quelques fois. Vérifiez que vous parvenez à décrocher facilement votre vélo et pratiquez-vous à marcher/courir en tenant votre vélo (ça vous devriez le pratiquer plusieurs fois chez vous avant). Raccrochez votre vélo en faisant attention aux vélos voisins. et pratiquez la deuxièmen transition. Quand tout est sous contrôle, vérifiez vos pneus une dernière fois, sortez et allez repérer où se trouve la ligne d'embarquement (parfois c'est assez loin, donc pour ne pas avoir de surprises, allez repérer!)


8-Trucs et astuces

  • Prévoyez un bac en plastique ou une mini-bâche (au pire un k-way)... s'il pleut vous pouvez couvrir vos affaires et éviter d'embarquer dans des runnings qui se prennent pour des baignoires.

  • S'il fait beau, beurrez vous de crème solaire et n'hésitez pas à en remettre pendant la transition

  • Une petite serviette (en plus du tapis de transition) peut être bien agréable si vous êtes du genre frileux (comme moi!) pour vous essuyer avant de partir à vélo. Il m'arrive aussi d'avoir un petit manteau de vélo si c'est plus frisquet. D'autre part, les sorties de nage peuvent être plutôt boueuses, donc vous ne serez sans doute pas fâché(e) de pouvoir essuyer un peu vos pieds avant de repartir à vélo.

  • Il est totalement interdit de pédaler dans la zone de transition. Pratiquez la marche (puis la course) en tenant le vélo par la selle. Il n'est pas recommandé de le tenir par le guidon car les pédales risquent de heurter vos chevilles douloureusement!

  • Il existe des petites pochettes que l'on fixe sur le cadre de vélo, à l'avant. C'est pratique pour mettre des trucs à manger (gels par exemple). À savoir, le vélo est la meilleure place pour prendre une collation! Si vous n'avez pas de pochette, collez avec du ruban adhésif la partie amovible d'un (ou plusieurs) gels sur le cadre. Vous n'aurez alors qu'à tirer sur le gel pour qu'il s'ouvre et le haut restera prisonnier du ruban. Assurez-vous d'avoir une poche ou quelque chose pour récupérer vos déchets, vous ne pouvez pas les jeter sur la route sous peine de pénalité (et de mon plus grand mépris!).

  • Les écouteurs, téléphones et tout appareil de communication sont interdits, à la course comme au vélo. Ce règlement sera à surveiller pour 2018, avec l'utilisation de plus en plus fréquente du téléphone intelligent comme ordinateur de vélo ou encore de la montre-GPS comme montre connectée... J'attends avec impatience la mise à jour des règlements de Triathlon Québec à ce sujet.

  • Un porte-dossard pour la portion course est très utile car il vous évite d'avoir à accrocher votre dossard lors de votre transition.

  • Remplacez vos lacets traditionnels par des lacets élastiques pour enfiler vos runnings facilement et rapidement.

  • La nudité est interdite, donc ne pensez pas pouvoir vous changer entre les différents segments. La combinaison de triathlon (trisuit) est pratique car adaptée aux trois sports. Les femmes qui ont l'habitude de porter un soutien-gorge de sport peuvent simplement le mettre dès le départ et nager avec.

  • La zone de transition comporte toujours au moins une toilette. Ça peut être utile!